Dans le cadre du programme Europe Numérique, le Parlement souhaite développer le potentiel technologique du marché unique numérique. Cela pourrait créer chaque année 4 millions d’emplois et générer 415 milliards d’euros pour l’économie européenne. Ce programme doit également permettre de renforcer la compétitivité internationale de l’Union européenne (UE).

« Pendant trop longtemps, le secteur européen de la technologie a été à la traine par rapport à des pays tiers tels que les Etats-Unis et la Chine. Nous avons besoin d’une approche cohérente à l’échelle de l’Union et d’un investissement ambitieux pour trouver une solution au déséquilibre chronique entre la demande croissante de technologies de pointe et l’offre disponible en Europe « , a expliqué Angelika Mlinar, députée et rapporteure du projet.

9,2 milliards € pour le programme « Europe Numérique »

L’UE souhaite que tous les Européens aient les compétences et les infrastructures nécessaires pour répondre aux défis numériques. Défis auxquels ils sont confrontés aussi bien dans leur vie privée et professionnelle. Elle a donc décidé d’investir plus de 9 milliards d’euros dans le programme Europe Numérique.

Cet investissement sera réparti dans 5 domaines prioritaires :

  • Les superordinateurs : 2,7 milliards d’euros

Cette enveloppe servira à financer les projets visant à renforcer le calcul à haute performance et le traitement des données. Cela doit aider le développement de domaines comme les soins de santé, les énergies renouvelables ou encore la cybersécurité. « Ce financement assurera un recours plus efficace et plus large au calcul à haute performance aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé, y compris dans les PME« , a expliqué la Commission européenne.

  • L’intelligence artificielle : 2,5 milliards d’euros

L’UE souhaite favoriser la diffusion de l’Intelligence artificielle dans l’ensemble de l’économie européenne. « Le programme numérique pour l’Europe offrira aux pouvoirs publics et aux entreprises un meilleur accès aux installations d’essai et d’expérimentation d’IA dans les Etats membres, tandis que des investissements accrus dans la recherche et l’innovation au titre du programme Horizon Europe permettront à l’UE de rester à la pointe des progrès scientifiques et technologiques dans le domaine de l’IA« .

  • La cybersécurité : 2 milliards d’euros

La protection de l’économie numérique représente une part importante du programme européen. L’enveloppe de 2 milliards d’euros servira :

  1. A la promotion de l’industrie de la cyberdéfense et de la cybersécurité de l’UE
  2. Au financement d’équipements et d’infrastructures de pointe en matière de cybersécurité
  3. Au développement des compétences et des connaissances nécessaires

« La proposition s’appuie sur la vaste gamme de mesures de cybersécurité présentées en septembre 2017, et sur les premières mesures législatives européennes en matière de cybersécurité, qui sont entrées en vigueur en mai 2018« , a précisé la Commission européenne.

  • L’utilisation des technologies numériques : 1,3 milliards d’euros

Cette enveloppe permettra à l’UE d’assurer la transformation numérique de l’administration publique et des services publiques et leur interopérabilité. Ce budget doit également faciliter l’accès des entreprises – notamment les PME –  aux technologies et au savoir-faire.

« Nous pouvons compter sur l’excellence européenne en matière de recherche et d’innovation, mais nos entreprises, en particulier les PME, ont encore du mal à accéder aux nouvelles solutions et à en tirer parti. Ce programme a été conçu pour s’attaquer au faible taux d’utilisation des technologies existantes. Nous investissons dans un des secteurs les plus prometteurs et les plus importants pour l’avenir de l’Europe« , a indiqué Angelika Mlinar.

  • Les compétences numériques : 700 millions d’euros

Ce budget doit permettre à la main d’œuvre actuelle et future d’acquérir des compétences numériques avancées. Cela passera notamment par des cours de formation à court terme et des stages, indépendamment de l’Etat membre de résidence.

Tirer profit de la transformation numérique

« Le marché unique numérique fournit le cadre juridique qui permet aux personnes et aux entreprises de tirer pleinement profit de la transformation numérique. Notre objectif a été de faire en sorte que le budget de l’UE soit adapté aux défis futurs : la transformation numérique est prise en considération dans l’ensemble des propositions, depuis les transports, l’énergie et l’agriculture jusqu’aux soins de santé et à la culture « , a déclaré Andrus Ansip, vice-président pour le marché unique numérique.

Hélène Toutchkov

Hélène Toutchkov
Content Manager

Oodrive, le partenaire de confiance pour la gestion de vos données sensibles.

En savoir plus Nous contacter