La transformation numérique est un sujet qui mobilise de nombreuses ressources dans le secteur des banques et assurances. De nombreux projets sont en cours et devraient voir le jour dans les années à venir. Intelligence artificielle, signature électronique, protection des données, mobilité… Les chantiers sont considérables.

L’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) a publié début 2018, une étude analysant les défis que provoquent les changements technologiques et d’usages pour la banque et l’assurance. Selon ce récent rapport, la révolution numérique est un « choc structurel de grande envergure » pour le secteur financier. Ce choc se caractérise notamment par une vague d’innovations technologiques « qui sont fortement imbriquées mais qui ne se situent pas toutes au même niveau de maturité ».

34% des banques dédient plus de 20% de leur budget IT à la digitalisation et/ou transformation de la banque. Gartner – Digital business in Banking, EFMA, novembre 2017.

La révolution numérique : un choc structurel pour tout le secteur

Dans son étude, l’Autorité de contrôle estime en outre que le choc structurel subit par le secteur financier se caractérise par une modification en profondeur des comportements et des attentes du client ainsi que par une concurrence protéiforme. « Celle-ci est à la fois nourrie par l’abaissement technologique des barrières à l’entrée et des changements réglementaires plus favorables à l’arrivée de nouveaux acteurs, en particulier dans le domaine des services de paiement », notent les auteurs du rapport.

« La révolution numérique met à l’épreuve le modèle d’affaires des banques et des assurances, qui repose pour beaucoup sur une maîtrise de l’ensemble de la chaîne de valeur, qui va de la relation clientèle à la conception des produits et à la gestion des risques ».

Quatre leviers pour mener une stratégie

Selon l’ACPR, les stratégies des établissements français témoignent d’une prise de conscience réelle. L’organisme regrette cependant que cette prise de conscience soit parfois un peu tardive. Ces stratégies s’appuient sur quatre leviers :

  • Une réorientation de la culture d’entreprise vers l’innovation
  • Une modernisation des systèmes d’information
  • Une refonte et la dématérialisation des parcours clients
  • Maîtriser et valoriser les données client

Des risques stratégiques

Bien que la révolution numérique soit porteuse d’opportunités, elle est aussi source de risques stratégiques, opérationnels et de conformité. Pour l’ACPR, cette révolution met à l’épreuve le modèle d’affaire des banques et des assurances, qui repose pour beaucoup sur une maîtrise de l’ensemble de la chaîne de valeur, qui va de la relation clientèle à la conception des produits et à la gestion des risques.

Les auteurs du rapport notent également que la révolution numérique augmente le niveau des risques opérationnels émanant des systèmes d’information. « Compte tenu de l’interconnexion croissante des systèmes d’information, notamment à travers le déploiement d’interfaces de programmation, du recours élevé à des prestataires et de la sophistication croissante des cyberattaques, les établissements soulignent que les cyberrisques sont aujourd’hui beaucoup plus prégnants ».

Des risques de conformité

De plus, la révolution numérique nourrit de nouveaux risques de conformité tout particulièrement sur la protection des consommateurs, la lutte contre le blanchiment des capitaux et la protection des données. « En matière de protection des consommateurs […] l’enjeux est de combiner l’ergonomie et la fluidité des parcours ; les exigences de sécurité et le respect des obligations réglementaires sur la communication des informations, de devoir de conseil et de recueil du consentement ».

« Face à ces défis considérables, les établissements français ont désormais structuré leurs réponses stratégiques et je les invite à poursuivre leurs efforts en ce sens dans tous les métiers et dans toutes les fonctions de leurs établissements. C’est essentiel pour la solidité et la compétitivité du secteur financier français, au service des consommateurs et de l’économie », a déclaré François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et président de l’ACPR.

Hélène Toutchkov

Hélène Toutchkov
Content Manager

Oodrive, le partenaire de confiance pour la gestion de vos données sensibles.

En savoir plus Nous contacter