La journée européenne de la protection des données personnelles a eu lieu le 28 janvier dernier. L’occasion notamment pour la CNIL et l’Union européenne de rappeler que les citoyens ont des droits sur leurs données et de faire un point sur les évolutions depuis l’entrée en vigueur du RGPD en mai 2018. Plusieurs études ont également permis de faire le point sur les habitudes des Européens vis-à-vis de la sécurité de ces données.

Instaurée par le Conseil de l’Europe en 2006, la journée de protection des données est célébrée chaque année le 28 janvier, jour de l’ouverture à la signature de la Convention pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel. Cette année, l’événement a eu lieu huit mois après l’entrée en vigueur du RGPD.

Donner le pouvoir d’agir aux citoyens

« Un des principaux objectifs du règlement général sur la protection des données est de donner aux citoyens le pouvoir d’agir et de mieux contrôler une des ressources les plus précieuses de l’économie moderne : leurs données. Cet objectif ne peut être atteint que si les citoyens ont pleinement connaissance de leurs droits et des conséquences de leurs décisions », ont déclaré le premier vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans, le vice-président Andrus Ansip et les commissaires Jourova et Gabriel.

Connaître ses droits pour mieux les exercer

D’après un récent sondage Ifop, plus de la moitié des Français connaît ses droits RGPD mais ne sait pas concrètement comment les exercer. « La palette de droits est large », rappelle la CNIL. La Commission souligne notamment qu’il est possible aujourd’hui de demander à un site d’effacer une information gênante ou bien de de demander à ne plus figurer dans une base de données commerciales. Les citoyens peuvent en outre procéder à la suppression d’une information inexacte sur un document.

« Plus largement, le droit d’accès vous permet d’obtenir et de vérifier les données qu’un organisme détient sur vous », précise la CNIL. Autre droit important pour tous les Européens : le droit à la portabilité. Il permet à chacun d’emporter une copie de ses données pour les réutiliser ailleurs, sur un service concurrent ou dans un tout autre contexte.

Les premiers effets positifs du RGPD déjà visibles

« Depuis le RGPD, il est désormais plus simple et rapide d’exercer vos droits d’accès, d’effacement, d’opposition, mais à condition de savoir comment faire », a expliqué la CNIL. « Nous commençons déjà à voir les effets positifs des nouvelles règles. Les citoyens sont davantage conscients de l’importance de la protection des données et de leurs droits, et ils exercent désormais ces droits, comme le constatent tous les jours les autorités nationales de protection des données. Celles-ci ont reçu plus de 95 000 plaintes de citoyens à ce jour », a indiqué la Commission européenne.

Hélène Toutchkov

Hélène Toutchkov
Content Manager

Oodrive, le partenaire de confiance pour la gestion de vos données sensibles.

En savoir plus Nous contacter