Fonctionnement d’un système de  sauvegarde redondant

26 mars 2014

Utilisant la technologie RAID, acronyme de Redundant Array of Independant Disks, qui combine un certain nombre de disques durs en une unité de stockage virtuelle, un système de sauvegarde redondant se présente comme une solution de stockage souple et performante qui tolère les pannes. Proposée en différentes normes dont les RAID 1, RAID 10, RAID 5 ou encore RAID 50, cette technologie offre selon les besoins, différentes destinations mais aussi différents niveaux de tolérance. Pour éviter les pertes de données en cas de sinistres, il est donc recommandé d’opter pour un système de stockage redondant dont le choix peut se faire selon le niveau de redondance souhaité.

La copie de sauvegarde

Pour organiser la sauvegarde de données en vue de la restauration d’un serveur après un incident tel que la perte d’un disque dur, il est conseillé d’opter au moins pour une copie de sauvegarde manuelle. Pour copier les données importantes sur un ordinateur personnel, il est possible d’opter pour une copie de sauvegarde automatique qui peut se faire manuellement ou par le biais d’un panneau de configuration optionnelle.

Redondance des disques durs

Le disque dur se présente comme l’élément le plus important d’un serveur. Grâce à la technologie RAID, les données peuvent profiter d’une grande fiabilité sur un ensemble de disques durs en grappe. En effet, un RAID permet de répartir en tout temps plusieurs données sur de nombreux disques durs qui sont considérés comme un unique disque dur. Ainsi, si jamais un disque tombe en défaillance, les données restent toujours accessibles tandis que le service continue de fonctionner. Pouvant être proposés sous la forme de RAID matériel ou de RAID logiciel, plusieurs types de ces technologies de sauvegarde redondante peuvent être proposés par les éditeurs.

Redondance matérielle du serveur

Les serveurs peuvent aussi faire l’objet de pannes ou de sinistres que pour éviter de telles situations, les entreprises mettent souvent en place deux serveurs en parallèle à partir desquels, il est possible d’effectuer une réplication en temps réel des données enregistrées entre les deux. Ainsi, si l’un des serveurs ne fonctionne pas, il suffit tout simplement de déplacer l’adresse IP sur le second et le service peut reprendre aussitôt.

Redondance matérielle en « cluster »

Un cluster se présente comme un groupe de serveurs préalablement configurés pour un fonctionnement en commun. Permettant ainsi de garantir une meilleure disponibilité d’un service, surtout grâce à la gestion de l’équilibrage de charge, la solution cluster traite les données en parallèle. En faisant doubler chaque serveur par cette configuration, la doublure prend automatiquement le relai en cas d’indisponibilité de l’un d’entre eux.

Redondance multi-sites

Enfin, il peut arriver que ce soit tout le centre de données qui connaisse un arrêt de service en raison d’un problème quelconque. Pour se protéger contre de tel désastre, une entreprise peut choisir de répliquer l’ensemble de ses serveurs en « cluster » au niveau de 2 différents centres de données. Ce principe qui consiste à la fois à la duplication de l’infrastructure mais aussi à l’hébergement des données dans 2 centres différents se présente comme le niveau ultime en matière de redondance.